Syndrome de l’essuie-glace, que faire ?

Vous ressentez une douleur au genou lorsque vous courrez ? Attention, c’est peut-être le syndrome de l’essuie-glace. Ce que l’on appelle également « syndrome de la bandelette ilio-tibiale », « syndrome du fascia lata », ou encore « tendinite du tenseur du fascia lata », est en effet répandu chez les coureurs.

douleur-genou-syndrome-essui-glace

Qu’est-ce que le syndrome de l’essuie-glace ?

Le syndrome de l’essuie-glace est une pathologie qui touche le genou. Elle est très fréquente chez les passionnés de marche sportive, de vélo, mais surtout de course à pied.

Le muscle du fascia lata, qui s’étend du haut du fémur jusqu’au tibia, situé sur la face externe et superficielle de la cuisse, a à sa base un petit tendon plat en forme de petite bande : la bandelette ilio-tibiale. À côté de ce tendon se trouve, en partie basse du fémur, le condyle externe. Lors de la flexion et de l’extension de la jambe, le tendon fait des allers-retours sur le condyle, exactement comme le mouvement d’un essuie-glace. En cas de marche ou de course longue, ces allers-retours peuvent provoquer d’importants frottements et des inflammations du tendon. C’est l’apparition du syndrome de l’essuie-glace.

Quelles en sont les raisons ?

Plusieurs raisons peuvent s’additionner et augmenter ainsi le risque de blessure. La première chose à vérifier, c’est le matériel. Votre vélo est-il bien réglé ? Vos chaussures sont-elles usées ? Sont-elles adaptées à votre foulée ?

Après avoir fait le point sur le matériel, intéressez-vous à votre entraînement. En effet, l’augmentation du volume et/ou de l’intensité de vos sessions peut générer un stress mécanique important auquel votre corps n’aura pas le temps de s’adapter. Le changement de terrain sur lequel vous courez peut aussi avoir un impact sérieux, qu’il s’agisse de la nature du sol ou du dénivelé qu’il impose. Pensez également à vous assurer de faire une bonne récupération après vos séances de sport.

Syndrome de l’essuie-glace : des facteurs favorisants

On notera qu’une mauvaise posture, mais également les anomalies génétiques des jambes, comme le genu varum, qui correspond à une déviation des membres inférieurs vers l’extérieur ou jambes arquées, engendrent souvent le syndrome de l’essuie-glace.

Que faire en cas de syndrome de l’essuie-glace ?

La première chose à faire, comme souvent, c’est de prendre quelques jours de repos sportif et glacer le genou. Si la douleur persiste à la reprise du sport, vous pouvez faire quelques exercices d’étirement de la jambe, mais aussi du renforcement musculaire de la sangle abdominale dorsale, des fessiers et des abducteurs de hanche. Cela car il faut prendre en considération tout le muscle, et pas uniquement le tendon final.

Vous pouvez aussi pratiquer l’automassage. Pour cela, massez toute la face externe de la cuisse avec un rouleau de massage en mousse. Attention cependant à épargner la zone douloureuse à proximité du genou.
Massez également le moyen fessier avec une balle de tennis afin d’atteindre la partie haute et postérieure du TFL. Si tout cela ne suffit pas, consultez un podologue du sport qui fera un bilan postural et pourra vous faire des semelles adaptées le cas échéant.

Sport-Protech, n° 1 français dans la protection et la santé du sportif, vous propose des produits de qualité pour vous accompagner avant, pendant, et après vos séances sportives. Pour soigner un syndrome de l’essuie-glace ou prendre soin de vous tout au long de la saison, vous trouverez tout ce dont vous avez besoin parmi nos différentes gammes.

Pratiquer un sport régulièrement est une très bonne chose, mais en cas de douleur, mieux vaut ne pas insister. Il est important de prendre de bonnes habitudes et de consulter en cas de besoin, avant que la lésion ne soit trop grave et que cela nécessite un arrêt prolongé.

 

Les trois choses à retenir sur le syndrome de l’essuie-glace :

  • Il se déclare par une douleur sur la face externe du genou.
  • La première chose à faire est de reposer l’articulation et de vérifier votre matériel.
  • Pour prévenir le syndrome de l’essuie-glace, respectez les phases de récupération et pratiquez l’automassage.